© 2017 CLUB89 - Conception graphique STUDIDEGRAPHISME.FR

January 28, 2019

December 9, 2018

October 13, 2018

September 14, 2018

April 4, 2018

March 28, 2018

February 11, 2018

September 28, 2017

June 8, 2017

April 25, 2017

Please reload

Featured Posts

MEET GARANCE

14/09/2018

Garance a ce corps de petit garçon et ce gros coeur de Poissons, qui font d'elle une sorte de "poupée-caillera" bien trop touchante. Si les mots avaient un son, vous entendriez chaque balles de plomb qui sortent de sa voix sucrée. Une vraie mitraillette à punchlines. D'abord attirée par le monde de la mode, elle a commencé par le mannequinat, mais décide à présent de s'écouter et de ne vivre qu'à travers ce qui l'anime vraiment ! Une rageuse gourmandise la gagne. Elle s'affranchit alors de ses angoisses familiales qui la poussaient jusqu'ici à "trouver le moyen de gagner sa vie un point c'est tout" et se lance dans la sociologie de l'Art. La sensation de devoir se battre deux fois plus que les autres la déprime mais la nourrit tellement finalement. C'est tout ce paradoxe que j'ai découvert à travers ses histoires de grand-mère virile, de femme enfant, de soumission rebelle, d'abstinence débridée...  

 

 

 

Club89 : Pourquoi tu te définis comme une conquérante ? 

Garance : C’est comme ça que j’ai été élevée. Grosso modo chez moi t’es obligée de te battre pour avoir quelque chose. Il n'y a pas de reproduction sociale, pas d’héritage ou ce genre de choses. Si tu veux un truc, faut te battre à la sueur de ton front. Ça a toujours été comme ça. Et d’autant plus si t’es une femme. 

 

C'est une éducation qui t'a forgé ? 

Ça m’a forgé, mais aussi fermé beaucoup de portes. Dans le sens où on te ramène souvent à ta situation sociale quoi. Ma mère était fleuriste et n'avait pas du tout de tunes donc j’ai toujours été élevée par mes grands parents. Moi je sais pas ce que c’est que des vacances au ski et tout ce genre de trucs. J’ai pas fait de grandes écoles. J’ai pas fait de voyages à l’étranger. Et en grandissant tu te rends compte qu’il y a un espèce de gap énorme qui se creuse par rapport aux autres. Parce que la culture est un luxe. Il y a des gens qui doivent travailler et il y a des gens qui ont le luxe de se cultiver.

 

Et c'est quoi être une femme dans ta famille ? 

Alors déjà j’ai été élevée que par des femme. Et elles m’ont toujours dit "si tu veux des choses faut que tu les obtiennes par toi-même. Faut pas que tu les attendes auprès d’un père, auprès d’un homme"... Et mon modèle c’est vraiment ma grand-mère. C’est une espèce de grande gueule. Alors elle c’est vraiment la conquérante, l’amazone pure et dure. Mais c’est spécial aussi, parce que quand tu ne vis qu’avec des femmes, et bien par conséquent tu ne sais pas exactement ce qu’est un homme ma foi ! 

J’avais mon papi mais c’est une personne beaucoup plus discrète et assez effacée. Du coup j’ai eu de gros soucis avec l’autorité masculine. J’en avais pas l’habitude.

 

 

Comment t'as appris à gérer la relation avec "l'homme" en vieillissant ? 

Déjà j’ai peu d’amis qui vont représenter réellement le carcan de la masculinité. J’ai toujours été entourée d’hommes extrêmement efféminés. Pour te la faire courte, en gros chez moi y’avait que des pédés et des gouines quoi ! Pour moi la virilité ça voulait rien dire. Pour moi la virilité c’est ma grand-mère ! C’est une nana qui gère tout, qui fait à bouffer, qui travaille, qui a de l’argent parce qu’elle travaille encore à 80 balais. Pour moi c’est ça la virilité !

 

Pour toi, virilité rime avec féminité ? 

Je trouve que c’est toujours un peu batard ce genre de question parce que tu sais pas comment répondre. Est ce que je dois répondre qu'une femme elle est douce et qu'un homme il est fort parce qu'il sait changer une roue ? 

Pour moi il n'y a pas de différences entre les sexes au niveau social, intellectuel et culturel ! Quand j’étais petite, ma mère bossait, ma grand-mère bossait, mais fallait bien que quelqu’un s’occupe de moi ! Donc c’était mon grand père. Pourtant il avait jamais changé une couche de sa vie ! Il s’est retrouvé à élever un enfant à 65 ans. Donc pour moi tout est possible... 

 

 

Quand est-ce que tu t'es sentie femme pour la première fois ? 

Bah malheureusement c'est quand un prof qui m’a traité de "pute" en 4e ! 

J’étais en Autriche pour un voyage scolaire, j’étais assise sur les genoux de mon premier amour, comme tous les ados de la Terre, et il m’a regardé en me disant un truc du style : "si c’est pour te tenir comme une pute ça se fait pas ici" ! Donc c’est les hommes qui m’ont fait me rendre compte que j’étais "une fille" … qu’il y avait des différences ... qu’on ne "pouvait pas tout faire".

Je peux t’assurer que c’est le genre de truc qui définit bien ta sexualité par la suite ! Ton rapport au sexe, ton rapport au corps. 

 

Comment ça ? 

Bah je suis quelqu’un de très soumise à l’autorité finalement parce que j’ai toujours pensé qu’un prof c’était la transmission du savoir. Tu dois les respecter, c’est comme tes parents, tu leur réponds pas ! Donc moi le prof qui me dit ça… autant te dire que là j'ai pensé qu’il avait 100% raison… et j’en ai des milliers des exemples comme ça parce que j’étais très grande, je faisais déjà très femme. 

Du coup, ma sexualité pendant très longtemps, ça a été : "une fille bien ne fait pas ça" !

Autant te dire qu’aujourd’hui c’est plus du tout la même chose parce qu'au bout d’un moment, tu récupères l’insulte, tu te l’appropries et tu te dis "bah c’est formidable, parce que j’aime bien être une pute en fait" ! 

 

 

Mais quel déclic t'a permis de te libérer de ça ? 

Bah tu pètes un plomb au bout d’un moment en fait ! À trop te brider tu deviens vraiment malheureuse. 

 

Qu'as-tu fait pour t'autoriser à changer ça dans ton quotidien ? 

J’ai vachement lu. Par exemple Virginie Despentes c’est une femme qui m’a beaucoup ouvert les yeux. C’est une nana dont je me sens extrêmement proche. C’est une fille qui n'a pas vraiment eu d’éducation, qui est issue d’un milieu modeste... c’est une nana qui dit : "écoute... t'as envie de baiser comme un mec ? bah baise comme un mec ma foi" ! Elle m’a fait réaliser que j’étais "un homme comme les autres". 

 

Tu as réussi à t'affranchir de tout ça quoi... 

Complètement. Mais c’est extrêmement dur au quotidien. Il n’y a pas longtemps j’ai fait le vernissage de l’exposition Gilles Caron à l’Hôtel de Ville. J’y étais avec un pote photographe plus âgé que moi. Alors tout le monde a pensé que j'étais sa copine. Personne ne m’a parlé de travail. Mais par contre ils m’invitaient tous en vacances avec "mon copain" … j'étais un peu la poule dans le diner mondain quoi. J’étais triste et je me suis barrée, je me suis dit que j’avais rien à foutre avec ces gens. Et puis j’ai aussi décliné les vacances en Suisse…(rires)

 

 

Et aujourd'hui, pourquoi tu accordes autant d'importance à ta sexualité ? 

Parce que je pense que c’est le meilleur anti-dépresseur de la Terre ! Si les gens s’acceptaient pleinement il y aurait moins de problème. Le débat autour de la misère sexuelle est intéressant et c’est des choses qui sont prouvés tu vois. Ne serait-ce que les mecs de Daesh ou les prêtres qui pètent des plombs… ça prouve bien que quand on te met trop d’interdits, qu’on te stigmatise en permanence, qu’on te rend marginal... et bien tu pètes un plomb !!!  

 

Tu l'as presque vécu en t'auto-censurant pendant longtemps... 

Ha oui oui, je suis mon premier ennemi, je m’interdis beaucoup de choses. Mais ça c’est propre à chacun. Bon t’as toujours un gogole qui a vachement confiance en lui et qui trace sa route vachement bien, on sait pas pourquoi... Mais t’as aussi l’inverse. Et vraiment la sexualité c’est ce qu’il y a de plus "bon" et de plus "naturel" au monde ! Donc ce serait quand même dommage de s’en priver quoi. C’est comme si tu me disais "pourquoi tu manges pas " ? 

 

 

C'est ce qui te donne envie d'en parler ?  

Oui c'est important ! J’en parle beaucoup avec les femmes autour de moi, qu’elles soient plus jeunes ou plus âgées. Le problème c’est "à quel point tu te censures ?" et souvent pour un homme ! C’est un carcan qui est tellement énorme que tu penses que c’est "naturel". Par exemple de "Ne pas jouir à la fin d’un rapport" c’est presque "pas grave" parce que lui "il a joui ! " Ou encore quand "T’as pas envie ? Bah tu dois pas être normale, c’est que tu dois pas aimer le cul, t’es un peu frigide"… bon bah tu te forces… ça c’est abjecte. La question du "suis-je normale" ? Ça c’est quelque chose à déconstruire. 

Je suis partie en vacances avec des filles qui disaient "oui, j’ai l’impression que ma vulve n'est pas normale" ! Du coup, je lui ai montré le compte instagram @the.vulva.galery , et elle a bien vu qu’il y a plein de vulves différentes. Et attention à la chirurgie esthétique, ils savent même pas comment ça vieillit c’est l’enfer. Du coup on était plein de copines, on s’est marrées, on était toutes là à se montrer nos foufounes et elle disait "ho putain je me sens trop mieux" ! (rires) 

 

Bonne action Garance !   

Nan mais on a une image lisse à cause du porno parce que c’est que des nanas qui ont la chatte refaite. Les pauvres, c’est pas du tout l’endroit où t’as envie qu’on t’opère quoi... Du coup t’as toujours l’impression que t’es pas normale. 

 

 

Et tu penses quoi du porno actuel ?   

Bah je me pose vachement de question là-dessus en ce moment. J’arrive pas à savoir jusqu’où ça a formaté les relations sexuelles... Est ce qu’on peut tout mettre sur le dos du porno ? Est ce que c'est la faute du porno si les mecs ne pensent qu’à leur jouissance ? Est ce que ça n’existait pas avant ? Je pense que si quand même.

 

Tu penses qu'il n'y a pas de bon porno ?   

Ha si si si. Moi j’ai pas de problème avec ça. D'ailleurs j'ai beaucoup de respect pour les travailleurs du sexe en général. Je trouve ça chanmé que des mecs et des femmes se disent "bah tiens moi j’ai envie de faire de mon cul une entreprise". C’est des gens qui s’assument pleinement et je trouve ça quand même fantastique. Après, c’est sur que tu peux pas apprendre toute ta sexualité avec le porno. Ce qui est un peu le problème des ados d’aujourd’hui. Nous on n’avait pas autant accès au porno et on laissait beaucoup plus place à l’imaginaire. Je pense qu'aujourd’hui c’est un peu plus compliqué. Mais heureusement le porno change aussi. Le porno féministe de développe doucement. Ou sur youporn ce qui marche le plus c’est les vidéos amateurs. Dans le numéro "spécial sexe" des inrocks ils ont fait un article sur ces couples qui se font du blé comme ça. Au moins ça ressemble plus à une vraie sexualité ! Après t’as toujours le problème de "quel type de corps t’y vois". Aujourd'hui tout est fêtichisé. Par exemple le terme "beurette", en vrai c’est devenu entièrement lié au sexe. Aujourd’hui l’image de la beurette c’est ça. C’est la reubeu qui se fait déglingue. 

 

Ou brunette...    

Oui et c’est intéressant de voir toutes les catégories qui existent sur les sites. Tu te dis "oulala c’est fou ce qu’on arrive à faire aujourd’hui". Comme le site citebeur.com, c’est des grosses cailles qui se font défoncer dans les caves à Sarcelles. 

Et là tous les lecteurs se disent "ok, elle a une passion pour le maghrébin et la maghrébine qui se fait démonter". (rires) 

 

 

 

Et en tant que mannequin, tu poses parfois nue en photo ?  

Oui je le fais, je m’en fous complètement. Enfin faut pas non plus aller trop loin parce que j’ai un peu de pudeur l’air de rien ! Mais j’m’en fous complètement parce que j’oublie. Je suis une espèce de tête qui vole et j’oublie qu’il y a un corps en dessous. 

 

Ça t'as plu ce shooting avec Antoine ?  

Ouais trop bien ! Je suis trop contente d’avoir une photo avec mon chien. C’est un peu mon meilleur ami. C’est la plus belle personne que je connaisse. Lui il s’en fout que tu sois tout nu ! (rires) 

 

 

Quelle vision tu as de ta génération par rapport à tout ce dont on vient de parler ?   

Je pense qu’on est une génération qui "met les mots", qui dénonce beaucoup, qui ouvre la voie, qui travaille énormément dessus. On n’a pas encore trouvé la solution à tout, mais on est quand même la génération du mariage pour tous quoi ! Ce qui est quand même OUF ! Parce que c’est profondément lié à la sexualité. Et aujourd'hui on ne te vire plus d’une école parce que tu es une fille et tu as embrassé une fille ! On parle de plus en plus de masturbation féminine. Les langues se délient sur la question du plaisir féminin. 

Après j’ai peut-être un rapport un peu biaisé, parce que je me réfère aux gens qui m’entourent et qui sont particulièrement libres sexuellement. Enfin ils se sont tous éclatés ! 

Mais globalement, quand tu discutes un peu avec les gens, je pense qu’on comprend de plus en plus qu’on n’a qu’une seule vie... et qu’il vaut mieux en profiter quoi ! 

 

Ça fait du bien ce que tu nous dit Garance !   

Oui ça fait du bien par où ça passe pardi ! 

 

 

Qu’est ce qui t’a donné envie de participer à club89 ?!   

Je trouve ça chouette que tu donnes la parole à plein de femmes en fait. 

Et puis j’aimais bien la façon dont tu tournais le truc donc je me suis dit "bah allez, fais le" ! 

Et puis ce qui est bien c’est que quand tu lis des témoignages tu finis par te retrouver quelque part et ça peut te donner vachement de courage. 

 

 

AMEN

 

 

 

Photos de Antoine Magnien

 

 

Suivez Garance

 

Suivez Antoine

  

Suivez Romie

 

 

 

 

 

 

Please reload

DERNIERS AJOUTS

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon