© 2017 CLUB89 - Conception graphique STUDIDEGRAPHISME.FR

January 28, 2019

December 9, 2018

October 13, 2018

September 14, 2018

April 4, 2018

March 28, 2018

February 11, 2018

September 28, 2017

June 8, 2017

April 25, 2017

Please reload

Featured Posts

MEET LOLA

25/04/2017

Lola, ce bel oiseau de nuit venu des côtes charentaises, pose de jour sous les objectifs parisiens depuis 2012. Sur la planète Lola tout est permis pourvu qu’on passe un beau moment. Une planète de weed et de dentelle où notre Lola incarne tous les personnages à la fois. Elle a ça dans la peau et elle aime en jouer un point c’est tout. Cette grande romantique 2.0 commence par connaître son corps en posant devant son propre retardateur puis elle se met à accepter les projets qui lui tiennent à cœur et se laisse à présent planer ainsi. En plein vol vers son propre paradis, notre lascive colombe s’est arrêtée pour nous parler de sa vision de la sexualité, de quelques anecdotes chelous et de son amour inconditionnel pour les femmes…

 

 

Club 89 : Tu aimes jouer la comédie et les comédiennes. Penses tu que c’est un métier qui sert d’ode à la femme ?

 

Lola : En fait j'aime le cinéma quoi, cette grande ode à la vie, donc aux femmes. Et puis oui j'aime les actrices, surtout celles qui ne restent pas figées dans les mêmes types de personnage toute leur carrière. Je me suis créée ce personnage public, alors depuis toujours on me demande le plus souvent d'incarner Lola Viande, et plus jeune je pensais naïvement que Lola et LV c'était la même, mais non. Enfin c'est plus compliqué que ça.

 

Tu penses que c’est pour ça que tu poses facilement dénudée ? Parce que tu sais que c’est un autre personnage ?

 

Ça reste une partie de moi, je suis comme ça dans la vie aussi. J'ai un rapport au corps assez différent des gens en général. Pour moi un corps nu, la peau, c'est là, c'est doux c'est chaud, ou froid, c'est ce qui te maintient en vie, et c'est ça qui est beau. Le coté sexué n'est pas automatique.

Dans mes souvenirs d'été, je vois ma grand-mère à poil dans le jardin tout le temps, ma mère et mes tantes les seins à l'air à la plage, bref c'était comme ça, balek comme on dit.

Donc aujourd'hui en tant que femme c'est dans la nudité que je retrouve ma liberté, je me sens vivante, humaine. Mais attention, j'adore m'habiller... presque autant que de me déshabiller (rires)

 

Ceci dit la notion de « féminisme » a pris plusieurs sens maintenant !

 

Oui maintenant tu t’occupes de ton mec parce que T’AS décidé de t’occuper de ton mec. Mais je sens que les filles ont fait un pas en avant. On est plus soudées. C’est la première fois depuis un an et demi que j’ai des vraies amies soudées. On a appris à se soutenir.

 

C’est qui les meufs que tu kiffes ?

 

Très franchement j'aime d'un amour inconditionnel toutes les femmes du monde.

Et plus intensément encore, celles qui m'entourent et qui m'inspirent, celles qui font partie de mon monde, celles qui se soutiennent entre elles, celles qui s'élèvent.
Et moi j'dis souvent que j'ai une mitraillette à "likes", j'like au maximum ce que postent les personnes que j'aime et qui m'inspirent ou me fascinent, aujourd'hui "supporter" ça passe par là aussi, et je trouve que les femmes se soutiennent de plus en plus sur les réseaux sociaux, ça fait beaucoup de bien. Il faut arrêter avec cette compétition féminine, les femmes sont si belles lorsqu’elles s’aiment et s’assument.

 

 

 

Du coup t’as l’impression que les filles ont fait un pas en avant. Mais les hommes ? Ils n’ont pas suivi ?

 

Les hommes, les femmes... Je connais des hommes qui sont bien plus féministes que certaines femmes. C'est surtout une question d'éducation, de réflexion, d'acceptation. Il faut vouloir changer, accepter qu'on ait pu être manipulés depuis la naissance...

On nous a, à tous, instruits le sexisme, et plein d'autres mots en -isme bien crevants aussi, par le biais de médias divers et variés qui ont normalisé des façons d'interagir entre nous, qui ont même validés des comportements graves, et voilà où on en est aujourd'hui.

Mais je vois encore des personnes, beaucoup de femmes notamment, pour lesquelles le combat féministe ne rime presque qu'avec manifestations et engagement politique. Elles se disent "mais bon, qu’est ce que tu veux faire?". Des personnes pour qui ce n'est que perte de temps et d'énergie d’engager une conversation avec un(e) inconnu(e) pour essayer de lui expliquer que ses propos sont sexistes. Moi, je donne de l'amour en faisant ça, je ne perds jamais mon temps à défendre les femmes, et même les hommes !

J'ai un petit frère que j'ai un peu élevé, je lui ai foutu plein de trucs dans le crâne le pauvre (rires) mais aujourd'hui il a 15 ans et c'est un ptit mec chanmé, un être plein de compassion, qui défend les filles, qui n'a pas honte d’avoir une grande soeur qui pose parfois dénudée. Je suis trop fière de lui.

 

Et la génération de ton petit frère, tu penses quoi de leur rapport au porno sur Internet etc. ?

 

Franchement c'est pas un sujet qu'on a abordé. C'est très privé quand même. Il a une copine depuis plus d'un an et même de ça on en parle peu donc j'sais pas trop le concernant. Mais je crois que c'est juste devenu normal, tout le monde matte du porno, ou presque non ?

Concernant sa génération, ce qui m'inquièterait le plus, c'est leur rapport aux drogues, la md et toutes ces merdes. Le sexe ça ne m'a jamais effrayé, il n'y a rien de sale ou de mal. Ils en voient partout du sexe, même sur periscope. Mais ça c'est peut être juste... triste.

 

Mais t’as pas envi de le prévenir que le sexe sur Internet c’est pas la réalité ? T’as jamais cherché à le protéger là-dessus ?

 

Pas vraiment, personne ne m'a vraiment protégé là-dessus. Ma mère ne m'a pas mis beaucoup de barrières, donc j'ai pas eu envie de les franchir. Je mattais en douce des trucs érotiques type "Emmanuelle" juste pour me teaser ado. J'avais aucune attirance pour les sites pornos, les vidéos hardcore. Plus jeune je me touchais, pour me découvrir pour comprendre et sans "support". C'est venu plus tard...

 

 

 

Et toi, on t’a déjà proposé de faire du porno ?

 

Ouais, mais non je n'ai pas accepté, c'est mon jardin. Personne ne voit mon jardin. C'est un truc réservé pour les amoureux.

 

T’as hésité des fois ?

 

Non même pas. Ça m'attire pas ce cinéma là.

 

Et pour quelles raisons t’as accepté de tourner dans le clip d’Atlas ?

 

Parce que ça allait être beau. Et c'était aussi un challenge que je me suis lancée. Y'a pas de pénétration, c'est faux, c'est acté. J'avais un cache sexe, gros reggae sur le set. La prod Get A Way sont des potes donc c'était cool, pas une ambiance porno, du tout.

 

Donc tout ce qui est de l’ordre de l’érotisme ne te dérange pas mais dès qu’il y a du gros plan porno c’est niet ?

 

Ouais. Y’aura toujours quelqu’un d’autre pour le faire.

 

Celles qui acceptent, c’est quoi leurs raisons d’après toi ?

 

Elles s’en foutent surement. Elles sont peut-être détachées de ça ou exhibo. Et pourquoi pas gagner de l’argent comme ça ? Certaines n’ont peut être pas le choix…

 

 

 

Un mot sur la masturabation féminine ?

 

IMPORTANT.

J'ai commencé jeune, comme je t'ai dit, pour savoir comment ça marchait, ça m'intriguait et j'ai jamais arrêté. Il faut se connaître, savoir ce qu'on aime.

 

Comme avec les sextoys ?

 

J'ai mis du temps à m'y mettre, et j'ai jamais possédé de gode. Peut-être que je devrais mais j’sais pas, j'aime trop le contact humain. J'ai des accessoires sympas quand même, mais le plaisir solo j'le fais pas durer. J’aime bien les bijoux un peu sexuels sinon : plugs, harnais, chokers you know…

 

 

 

 

La sexualité, la nudité ça prend une place importante dans ta vie. T’as eu un déclic par rapport à ça ? Tu saurais expliquer cette liberté ?

 

Je me suis toujours sentie comme ça, j’ai des photos de moi petite ou même ado, souvent à poil ou presque, toujours à l’aise avec mon corps. J’ai eu la chance d’avoir une éducation où on en parlait pas en fait. On m’a pas mis de complexes. Petite, je me souviens dans ma famille, tout le monde se trouvait beau et se le disait. Ça a sûrement déteint sur moi car je trouve de la beauté dans chaque personne que je vois.
J’me suis faite emmerdée pendant des années à l’école car ça devait se lire sur ma tête que je m’assumais, ça a été très dur parfois.
Le harcèlement scolaire est vraiment une cause qui me touche car je sais comme cela peut être destructeur. J’garde un souvenir très sombre de mes années collège et ma mémoire les a un peu effacés comme un traumatisme. Les filles étaient dures, les garçons mesquins.
Peu importe ce que l’on fait, il faut l’accepter et l’assumer, c’est ce qui rendra le truc légitime.

 

 

 

T’as l’air assez fascinée par la femme en général . Comment tu l’expliquerais ?

 

Je sais pas, j’ai été élevé par ma mère. Il y a beaucoup de femmes dans ma famille. Beaucoup de femmes dans les magazines que je lisais chez ma grand-mère. Et globalement je trouve les héroïnes plus charismatiques.
Le corps de la femme est si beau, si “magique”, c’est LA VIE.

 

Qui sont les femmes qui t’inspirent ?

 

Jane Elliott, Sofia Lauren, Sagan, Phoebe dans Friends, ma grand-mère, ma mère (rires) toutes les femmes qui ont des valeurs communes aux miennes, des femmes qui s’laissent pas faire.

 

 

 

Ta grand-mère a l’air très importante pour toi. Tu peux nous en parler un peu ?

 

Ma grand-mère faisait des ménages, et à côté beaucoup de couture. Elle m’a mise dedans petite en me déguisant, on jouait au top model, à la princesse d’une contrée lointaine, elle avait toujours de nouvelles choses, qu’elle récupérait à droite à gauche par son travail ou des connaissances. Ces jours là étaient si joyeux, c’est impérissable. Elle me parlait d’icônes en tout genre, La Callas, Oum Kalthoum, Sophia Lauren, et c’est sûrement aussi pour ça que j’ai cette forte image de la femme.
Je n’ai pas connu ma grand-mère avec mon grand-père, je l’ai connu avec des petits amis, elle aimait les hommes et ne s’en cachait pas. Je me souviens même de son poster de Bob dans son placard, elle me disait souvent “ah, l’homme de ma vie”, elle me faisait rire avec ça. Elle assumait tout, on parlait de tout ensemble. Par exemple quand j’ai eu une petite amie elle m’a parlé très librement de sa relation avec une certaine Hollie, une américaine dont elle était tombée amoureuse. C’est elle qui m’a mise en garde sur les hommes aussi. Elle me racontait des anecdotes de sa vie où parfois elle avait été en danger. Bref en résumé c’était une femme très forte, parfois un peu dure, très cultivée, ouverte et aimée de tous.

 

 

Tu me disais avoir la phobie du tatouage. Tu penses que ça traduit un rapport particulier au corps ?

 

Pas une phobie mais oui j’en ai fait des cauchemars. Je trouve cet art très beau mais il ne me parle pas. Mes cicatrices, ce que la vie m’a fait traversé, je n’ai pas besoin de rappels, c’est là, c’est moi déjà.
Je veux repartir dans le même corps avec lequel je suis née. Je suis trop curieuse de voir comment mon corps va vieillir naturellement, vierge de toute modification corporelle imposée. J’ai hâte de voir à quoi ressemblera la femme assumée que je suis à la fin de sa vie.

 

Tu te vois comment ?

 

En jogging, comme ma grand-mère (rires). Et bien entourée, des amis, de l’amour

 

Mais pas avec des enfants et un mari ?

 

Pourquoi pas. Le fait de ne pas avoir eu mes deux parents me fait beaucoup fantasmer sur la famille très unie, donc je me vois très bien avec un partenaire de vie et un ou plusieurs enfants.
La seule chose qui pourrait m’empêcher d’avoir des enfants c’est quand je vois où va le monde, le réchauffement climatique, les guerres etc. C’est très égoïste de faire un enfant aujourd’hui.

 

 

 

Pourquoi t’as eu envi de donner ton avis ici ?

 

Lola Viande adore donner son avis sur tout (rires). J’avais envie de parler un peu sexualité et de mon féminisme avec toi. Comme tu l’as compris, pour moi les femmes doivent juste faire ce qu’elles veulent et l’assumer !

 

Si t’avais un super pouvoir à offrir aux femmes ce serait quoi ?

 

Être une femme c’est un super pouvoir !
Peut être le super pouvoir de… s’aimer soi même profondément, et donc aimer les autres, et ne pas laisser l’ego parler à chaque fois.
On l’a ce super pouvoir, l’Amour, il faut aller le chercher.

 

 

 

Lola je t’annonce que c’est à présent l’heure de ton interview « Femmes, je vous aime » :

 

La partie du corps que tu préfères chez la femme ?

 

Tout ce qui est poignets, nuques, mains, et les fesses ! Je suis plus fesses que seins !

 

La qualité que tu préfères chez la femme ?

 

Le pragmatisme.

 

Le défaut que tu préfères chez la femme ?

 

L’impulsivité

 

Le métier qui va le mieux aux femmes ?

 

Tous les métiers.

 

La femme que tu préfères chez les femmes ?

 

Ma mère.

 

La voiture que tu préfères pour une femme ? 

 

La Mustang, comme le film.

 

Quel animal représente la femme ?

 

Tous, tout dépend de la femme. Je connais des femmes biches comme des femmes louves, des femmes discrètes, des femmes bruyantes, des femmes solitaires, des femmes en meute.

 

Le vice qui fait la femme ?

 

J’hésite entre manipulation et jalousie (rires).

 

Le vêtement que tu préfères chez une femme ?

 

Le vêtement dans lequel elle se sent elle-même.
J’me permets tout personnellement. J’aime les robes à fleurs romantiques autant que les cols roulés en laine ou les joggings xxl.

On m’a appris jeune que lorsque c’est porté avec assurance, tout passe !

 

Le signe astral que tu préfères chez une femme ?

 

Oh non Romie pas ça, impossible de choisir, donc je vais dire le mien, celui de la femme sexy et magnétique, super humble aussi (rires), Scorpion.

 

Le film que tu préfères pour les femmes ?

 

Je vais dire ces deux là car ils m’ont marqué, l’un ado, l’autre récemment : Death Proof et Mustang.

 

La déesse que tu préfères ?

 

Super Miss Monde comme déclaration mais : on est toutes nos propres déesses :)

 

 

Photos de Diane Sagnier

 

Make Up by Melissa Biard

 

 

Suivez Lola

 

Suivez Diane

 

Suivez Melissa

 

 

 

Please reload

DERNIERS AJOUTS

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon